Sans Blocus ni Airbus A380 pour Qatar Airways ?

La CIJ, Cour Internationale de Justice a décidé que le blocus du trafic aérien imposé au Qatar par 04 pays parmi lesquels l’Arabie Saoudite pour des intérêts économiques en faveur de sa compagnie nationale aérienne est illégal. Les A380 de Qatar Airways paraissent totalement introuvables des systèmes de réservation.

Au sein de la haute juridiction de l’Organisation des Nations Unies, les juges ont avec aucune surprise rebuté d’une commune voix la requête adressée par quatre États dont les Emirats Arabes Unis (EAU), l’Égypte, le Bahreïn et l’Arabie Saoudite. Ces pays soutenaient que l’OACI, Organisation de l’Aviation Civile Internationale n’avait pas l’aptitude juridique pour participer à la décision prise en faveur du Qatar en 2018. Avant la prise de la dite décision, en 2017, les quatre pays interdisaient aux appareils aériens de Qatar Airways de passer à travers leurs territoires aériens ou d’atterrir dans leurs aéroports. De plus, ils ont fermé leurs frontières terrestres et même maritimes avec l’Emirat voisin. De part leurs agissements, ces États estimaient que c’étaient des mesures formelles pour lutter contre le terrorisme.

Au Qatar, le ministre M. Jassim Saif Ahmed al-Soulaiti a fait connaître manifestement sa joie dans un message à la presse. Son message notifie que le pays félicite la CIJ pour son jugement ce qui permet d’envoyer devant la justice les États ayant imposé un blocus en violation des règles normatives de l’aviation internationale. Inversement, le gouvernement des EAU assurait que la décision de la Cour n’a pas prise en compte le bien-fondé de l’affaire.

L’OACI a annoncé qu’elle a trouvé un terrain d’entente avec le Bahreïn et les EAU pour faciliter les vols. Anthony Philbin, le porte-parole de l’ONU indiquait que les routes aériennes qui existaient ont été rétablies pendant que d’autres couloirs alternatifs ou temporaires sont installés.

En ce qui concerne Qatar Airways, la clôture des territoires aériens a provoqué des détournements considérables sur les voies habituelles, ce qui entraîne une augmentation importante de consommation de carburant surtout pour les vols de longs trajets. En plus de la perte des marchés clés des passagers de la compagnie Qatar Airways, il a été jugé responsable, le blocus, de la perte annuelle de 69,1 millions de dollars en septembre 2018.

De son côté, l’entreprise de navigation aérienne de l’alliance Oneworld a fait connaître à la presse qu’elle demanderait des compensations c’est-à-dire la réparation des préjudices financiers que le blocus a provoqué. Or, rien ne prouve que les quatre États concernés assumeront la responsabilité de leurs actes.

La compagnie Qatar Airways a laissé immobiles ses dix A380 qui étaient préparés pour accueillir 461 passagers en économie, 48 en classe d’affaires et 8 qui devaient atterrir premièrement. Jusqu’à présent, les GDS précisaient qu’à partir de juin 2021, il y aura un retour de leurs Airbus, toutefois, d’après Airlineroute, les superjumbos ont disparu des systèmes de réservation d’OAG jusqu’après août 2021.

Il importe de rappeler que les destinations habituelles des Airbus A380 de l’entreprise de transport aérien qatari sont Francfort, Londres-Heathrow, Melbourne, Paris-CDG et Perth qui sont substitués aujourd’hui par des A350-900, A350-1000 et des Boeing 777-300ER. Le chef Akbar Al Bake de Qatar Airways faisait connaître en mai 2019 que les Airbus A380 sortiront de la flotte en 2024.