Requête de l’IATA dans l’intérêt des biens et richesses

Le chef de L’IATA encourage les passagers qui ont vu leur vol annulé du fait de la propagation de la pandémie du Coronavirus Covid-19, de choisir un remboursement en nature du billet d’avion plutôt qu’en espèce, en vue de préserver la trésorerie des compagnies aériennes.

L’ex président de Air France-KLM Alexandre de Juniac, questionné le 14 juillet sur BFM Business, faisait comprendre qu’elles demandent aux compagnies aériennes, le soutien de leurs clients qui sont affectés par la crise sanitaire.

Reconnaissant que sa position est difficile, M. de Juniac annonce que l’association essaie d’avoir auprès de la Commission européenne, la possibilité matérielle de présenter des biens pour dissembler le remboursement. Cependant, sa priorité est de mettre en sûreté les trésoreries de ses membres quand bien même l’activité de l’IATA est de choyer ses passagers et non de les exposer à des difficultés financières.

En début du mois de mai, la Commission européenne rappelait au secteur aérien que le principe du remboursement doit être réalisé en fonction des vols annulés. Elle encourage les transporteurs d’améliorer leurs avoirs. En effet, l’IATA a néanmoins entamé dès juillet, la procédure d’infraction en opposition à 10 pays de l’UE parmi lesquels la France, pour non respect du principe des remboursements.

D’après les prévisions les plus récentes de l’IATA, les compagnies aériennes de l’Europe devraient enregistrer une lourde perte de 21,5 milliards de dollars aux termes de l’année 2020, ce qui menacerait certainement plus de 6 millions d’emplois dépendants de l’aviation européenne.