Mauvaise période pour LATAM, AirAsia et Air Namibia

La compagnie LATAM Airlines a ajouté sa filiale brésilienne aux sociétés qui exigent une protection contre les créanciers. D’après quelques vérifications, une société d’audit estime que la compagnie AirAsia à bas prix pourrait disparaître. Même l’autorisation de vol sur Namibia Airlines ne garantit pas son avenir.

LATAM Airlines, face à l’impact de la pandémie de Covid-19, a déclaré en fin mai qu’elle utiliserait le chapitre 11 pour protéger ses filiales au Chili, au Pérou, en Colombie, en Équateur et aux États-Unis des créanciers. La réorganisation volontaire aux États-Unis avec le soutien des familles Cuetto et Amaro et de Qatar Airways n’a pas empêché la fermeture de LATAM argentin le mois dernier.

C’était au tour de LATAM le mercredi de recourir aux procédures du chapitre 11. Selon son communiqué aux nouveaux investisseurs : << Il s’agit d’une étape naturelle en vue de la pandémie. C’est la meilleure option pour obtenir le financement DIP proposé >>. Le premier groupe aérien d’Amérique latine garanti que ces décisions financières ne seront un obstacle aux vols.

Basé à Kuala Lumpur, le groupe low cost AirAsia est en bien mauvais état ; après l’annonce d’une perte de 187 millions de dollars au premier trimestre, l’audit du cabinet Ernst & Young a émis « des doutes » sur sa capacité à survivre, son passif actuel étant supérieur à son actif de 430 millions – entrainant une chute de 18 % du cours de son action.

La compagnie aérienne à bas prix Group AirAsia a son siège à Kuala Lumpur et la situation est très mauvaise. Après avoir annoncé une perte de 187 millions de dollars américains au premier trimestre, l’audit d’Ernst & Young a exprimé des « soupçons » de sa viabilité, et ses passifs courants dépassent ses 430 millions de dollars américains d’actifs – le cours de l’action a chuté de 18 %.

Le fondateur et PDG Tony Fernandes a pris la parole pour revoir les mesures prises, afin de faire face à la crise sanitaire, notamment les licenciements de 7,5 % de l’effectif totale. Il a déclaré : « Nous n’avons reçu aucun revenu pendant quatre mois, ce qui ne signifie pas que notre dette dépassera toujours nos actifs. » Il a annoncé que des négociations avec des prêteurs locaux et internationaux sont en cours et pourraient permettre la levée 230 millions de dollars US à AirAsia. Le responsable a souligné que la plupart du réseau d’AirAsia sont des vols intérieurs, et que les vols internationaux s’annonce pour bientôt.

Une décision de justice est enfin sortie en Afrique sur l’autorisation de vol notifiée à Namibia Airlines la veille. Selon le ministère des Transports, Namibia Airlines ne pouvait pas assurer un service sûr, satisfaisant et fiable à cause de problème financiers. En plus, l’audit de sécurité IOSA n’est pas encore passé. Il est donc possible de mettre fin à la suspension de licence le 22 juillet. Bien que les ressources se soient resserré avant la crise sanitaire, la société estime que les vols intérieurs des dernières semaines lui ont permis au moins de rapporter de l’argent. Depuis le début de la pandémie, elle perdra près de 60 millions d’euros.

Le mois dernier, le président namibien Hage Geingob a demandé à la compagnie nationale de procéder à une liquidation et restructuration d’urgence. En 2018, cette compagnie nationale était classée troisième par Skytrax dans la meilleure entreprise régionale d’Afrique. En début d’année, elle a bénéficié de la nouvelle injection de capital pouvant atteindre 34 millions d’euros. Cependant, selon le ministre des Finances, Namibia Airlines n’a pas contribué au trésor public depuis 29 ans.