Lufthansa Group : une perte trimestrielle estimée à 1,7 milliard d’euros

N’ayant pas échappée à la crise sanitaire, le groupe Lufthansa a noté une chute de 80% de ses revenus. Au niveau opérationnel, il a enregistré une perte trimestrielle record estimée à 1,7 milliard d’euros. Ce qui confirme qu’une reprise normale sera difficile d’ici 2024.

Effectivement, toutes les compagnies aériennes ont enregistré de lourdes pertes durant les six premiers mois de cette année. Air-France KLM, de son côté, a perdu au total 4,41 milliards d’euros. Quant au groupe IAG, il a enregistré 3,8 milliards d’euros. La maison-mère de Lufthansa a noté une perte totale de 3,46 milliards d’euros. Rappelons que la maison-mère regroupe Bruxelles Airlines, Swiss International Airlines, Austrian Airlines et Eurowings. Hier, le groupe allemand annonçait que ses revenus ont chuté de 80% entre avril et juin. Ainsi il enregistre 1,9 milliard d’euros comme revenus suite à cette baisse. Notons que dans cette somme, 1,5 milliard provient des activités de ses branches Lufthansa Cargo et Lufthansa Technik. Pour Lufthansa, cette perte est à comparer au bénéfice de 754 millions d’euros enregistrés en 2019 à la même période.

Au 2e trimestre de 2020, le trafic aérien passager a baissé chez les compagnies aériennes du groupe de Star Alliance, soit 96% de moins que l’année dernière. Elles n’ont transporté que 1,7 million de passagers. Ainsi la capacité chute de 95% et le coefficient d’occupation des sièges revient à 56% contrairement en 2019. De même, le trafic aérien passager est de 23,5 millions chez le groupe Lufthansa pour les six premiers mois. Soit 2/3 de moins que l’année précédente. Sa capacité diminue ainsi de 61% et le coefficient d’occupation des sièges a reculé de 9 points de % à 72%. Quand bien même, une reprise normale n’est pas attendue d’ici 2024, le groupe Lufthansa a  élaboré un plan de restructuration. Ce programme est intitulé ReNew et vise le maintien de la compétitivité mondiale et la viabilité future de Lufthansa. Ce faisant, 22 000 emplois seront supprimés à plein temps et la flotte devrait être réduite d’au moins 100 avions.

Par ailleurs, au 3e trimestre, la capacité du groupe devrait augmenter en moyenne d’environ 40% des niveaux sur les liaisons court et moyen-courriers avant la crise. Mais sur les liaisons long-courriers, la capacité devrait aller à environ 20%. Quant au 4e trimestre, ces moyennes devraient être respectivement égales à 55% et 50%. D’ici fin 2020, le groupe Lufthansa compte opérer sur 95% des destinations court et moyen-courriers et sur 70% des destinations long-courriers.