L’UE ouvre ses frontières extérieures pour 15 pays sauf les USA

Aujourd’hui, l’Union Européenne et l’espace Schengen ont décidé d’ouvrir les frontières extérieures seulement pour les voyages non essentiels. Les pays concernés sont l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Canada, et d’autres car la liste change chaque deux semaines. À cette liste s’ajoute la Chine à cause d’une exigence de réciprocité. Mais les autres pays tels que les États-Unis, la Turquie, la Russie, le Brésil, l’Israël et bien d’autres où la crise sanitaire continue de sévir, ont été écartés.

En effet, la Commission Européenne avait déjà noté ces recommandations en mi-juin, sur la levée des restrictions de voyages non essentiels vers l’UE à la date d’aujourd’hui. Cette levée concerne les voyageurs des 4 pays précités plus ceux provenant de l’Australie, la Chine, la Géorgie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, l’Uruguay, la Corée du Sud, la Serbie, la Thaïlande, le Monténégro. À cette liste confirmée, les voyageurs d’Andorre, du Vatican, de Saint-Marin et de Monaco sont aussi admis.

En réalité, l’UE a favorisé ces pays par cette levée car selon elle l’évolution, la maîtrise et le contrôle de la pandémie de Covid-19 dans ces pays sont similaires à celles de l’Europe. Aussi dans ces pays comme dans l’Europe, on note en moyenne un taux de nouveaux cas détectés approximés à 16 pour 1000 individus. C’est ce qui a été relevé sur ces 14 derniers jours. Autres critères qui justifient ce choix de l’UE sont les tests de dépistage et la stabilité ou la baisse de nouveaux cas dans ces pays. Selon l’UE ces pays disposent des mêmes mesures de sécurité et de santé qu’elle. Notons que si la Chine a été aussi favorisée grâce à la demande de réciprocité, c’est parce que de son côté, elle exige certaines conditions pour les passagers européens. De même, les pays tels que l’Algérie, le Canada, la Thaïlande et le Japon n’autorisent la réouverture de leurs portes qu’après la maîtrise de la crise sanitaire.

Par ailleurs, l’absence des USA dans la liste confirmée par l’UE n’est pas trop claire. Car des considérations politiques pourraient bien expliquer cette décision de l’UE. Aussi les USA de leur côté n’ont toujours pas levé les restrictions de voyages pour les passagers européens. De même, pour l’exclusion de la Turquie et de la Russie, un accord est à l’étude avant de confirmer la réouverture des liaisons aériennes régulières prévue pour le 15 juillet prochain. Enfin il faut reconnaître que chaque pays membre est responsable de la gestion de ses frontières. Mais c’est une approche coordonnée qu’ a recommandé la CE puisque les frontières internes de l’UE sont ouvertes de nouveau.