Les licenciements secs ne représentent plus une menace pressante pour les employés de Airbus

L’entreprise Airbus et les syndicats de son personnel sont parvenus à la signature de 02 accords ce lundi. Il s’agit premièrement du PSE, Plan de Sauvegarde de l’Emploi, et deuxièmement de l’APLD, Activité Partielle de Longue Durée.

D’après le syndicat majoritaire Force Ouvrière, à la suite de 04 mois de négociation intense, les employés constructeurs de l’Europe peuvent respirer du fait que la menace de licenciements secs est éloignée jusqu’à au moins Avril prochain. L’entreprise Airbus a diminué de 40% son rythme de production d’aéronefs commerciaux à cause de la Covid-19. Elle présentait fin juin dernier un programme d’adaptation à la pandémie qui prévoyait la suppression de quelques 15.000 emplois.

Signé le 12 Octobre 2020, le 1er accord sur le PSE répond mieux aux exigences des syndicats concernant l’absence de licenciements secs. Par ailleurs, l’accord signé à cette même date sur l’APLD avait pour objectif de sauver quelques 1.500 postes plus des baisses limitées de salaires. D’après l’AFP Dominique Delbouis et le délégué CFTC Florent Veletchy, l’objectif du zéro départ contraint est bien atteignable surtout avec l’aide accompagnatrice de l’État. Ainsi, les salariés concernés pourront partir dans de bonnes conditions.

Dans un message à la presse, la Force Ouvrière Airbus fait appel à la conscience de chacun des salariés du fait que la crise sanitaire que traverse le groupe n’est pas prête à prendre fin. D’après le syndicat, il est capital voire urgent de trouver les moyens adéquats pour sortir le plus vite possible de cette crise et de ses répercussions socio-économiques.