L’accord aérien Europe – Japon

L’accord aérien signé entre la Commission européenne et le Japon vise la sécurité de l’aviation civile. Ce qui permet la consolidation de la coopération euro-nippone afin de rendre compétitif le secteur aéronautique de l’UE. Mais ce qui retarde cette consolidation est la réouverture des portes nipponnes pour le redémarrage du trafic aérien.

Suite à l’entrée en vigueur de l’accord de partenariat économique UE-Japon une année et demie et après le début de la signature de l’accord de partenariat stratégique, les spécialistes de produits aéronautiques ont été soutenus grâce à l’accord aérien bilatéral sur la sécurité de l’aviation. Car grâce à ces accords ces derniers ont vu augmenter le volume des échanges et ont pu agrandir leurs parts de marché sur le marché nippon. Pour renforcer cette coopération, des textes communs ont été élaborés afin de réduire les dépenses administratives supportées par les deux États et pour favoriser la croissance et la prospérité économiques dans ces pays.

Pour faciliter l’échange aéronautique, ces deux géants ont opté pour l’allègement du processus d’évaluation des performances des produits aéronautiques. Les coûts sont ainsi réduits ; ce qui renforce la coopération entre les autorités aériennes des deux pays. De plus les délais d’obtention d’une autorisation d’exportation de produits aéronautiques vers le Japon seront réduits. Outre des avantages de cet accord, nous avons la sécurité juridique avec une protection des droits de propriété intellectuelle.

Toujours pour solidifier la coopération entre les entreprises UE-Japon, le BASA (Accord aérien bilatéral sur la sécurité de l’aviation) œuvre pour la connectivité des transports et l’échange des infrastructures de qualité. Pour y parvenir le BASA se conforme à la stratégie de l’UE pour relier l’Europe à l’Asie.

Il faut enfin noter que cet accord stratégique de partenariat vise à promouvoir les exportations aéronautiques vers l’Asie d’une part et de permettre aux passagers de bénéficier de coûts réduits et rassurants. Pour les entreprises euro- nippones, cette période post pandémie est très favorable à leurs économies. Mais il n’en ait pas ainsi pour les passagers, vu les restrictions de voyage pour combattre le virus.