La polémique autour des tests de coronavirus dans les aéroports

L’évolution de la pandémie du coronavirus n’a toujours pas obligé les dirigeants à instaurer des tests obligatoires pour les voyageurs européens à leurs l’arrivée dans les aéroports de France. Pourtant, cette procédure a été mise en place pour les passagers jugés officiellement à risque qui proviennent des pays hors Union européenne.

Sur le vieux continent, à l’extérieur comme à l’intérieur, la réouverture des frontières s’effectue toujours de manière chaotique. La résurgence  du nombre de cas contaminé par exemple en Catalogne ou en France n’a pas entrainé des réactions au sein des aéroports. À Paris-CDG, un nombre important de passagers provenant de Barcelone affirmaient sur France 2 qu’ils n’ont fait l’objet d’aucun test à l’arrivée comme au départ. Ces derniers ont également ajouté qu’ils n’avaient pas connaissance des possibilités de test disponible à Roissy. À bord, ceux-ci n’ont pas eu vent de l’information. Certains voyageurs arrivant de Toulouse-Blagnac ont même dire qu’ils ne souhaitaient absolument pas se faire tester.

Le Groupe ADP a annoncé qu’il a procédé à une mise en place de dispositifs sanitaires notamment : des caméras thermiques, la distribution de gel hydro-alcoolique ainsi qu’un centre de dépistage à CDG. Mais, il n’y a que dans deux terminaux que ce dispositif est disponible. Il n’est donc pas commode pour les voyageurs pressés, et est même optionnel pour l’ensemble des passagers qui provenait de zones classées rouges.

Le groupe des médecins avait dénoncé l’absence de test obligatoire au sein des aéroports. Ceux-ci affirmaient que le développement des clusters était justement dû au fait que plusieurs personnes entraient sur le territoire français. L’un d’eux a également relevé que le seul moyen  efficace utilisable pour éradiquer la pandémie du corona virus demeure la quarantaine. La réaction des passagers devient de plus en plus courroucée principalement chez l’ensemble des voyageurs ayant subi un test avant le décollage.

Dans les aéroports allemands, des tests gratuits de dépistages à l’arrivée seront bientôt disponibles sur toutes les plateformes. En revanche, celle de Francfort le fait déjà, mais avec une facture d’une valeur de 50 à 139 euros.