Les icônes de l’aviation : Jerrie Mock, l’héroïne méconnue

Les icônes de l’aviation : Jerrie Mock, l’héroïne méconnue

10 juillet 2018 | 0 commentaires

Jerrie Mock : qui était elle ?

 

Geraldine Jerrie Mock était une aviatrice américaine. Née le à Newark dans l’Ohio, elle mourut le à Quincy en Floride. Mais pourquoi sont nom vous dit quelque chose ? Parce que en 1964, elle fut la première femme à réussir à faire le tour du monde seule en seulement 29 jours à bord d’un monomoteur.

Dès son plus jeune âge, Jerrie Mock effectua son baptême de l’air à bord d’un Ford Tri-Motor avec son père. Ce fut son premier vol et elle décida lors de l’atterrissage qu’elle deviendra pilote et elle prit comme modèle Amelia Earhart.

Passionnée par les cours de géographie, elle était déjà persuadée qu’elle ferait le tour du monde un jour. Et en 1943, elle devint la première femme à étudier en génie aéronautique à l’université d’Etat de l’Ohio. Mais elle interrompu ses études afin d’épouser Russell Mock un gestionnaire dans le domaine de la publicité.

A l’âge de 33 ans, en 1958, elle obtint son brevet de pilote et prit le temps de voler lors de son temps libre et de ses loisirs. Avec son mari, ils acquièrent même d’un petit monomoteur Cessna. Sa vie était très enviée par la plupart des femmes dans l’Amérique traditionnelle du Midwest.

 

Son périple : le tour du monde

 

En 1963, Jerrie Mock décide d’entreprendre un tour du monde seule. Elle fut soutenue par son mari qui rassembla de nombreux sponsors afin de relater son périple. Elle fit également appelle eu quotidien The Columbus Dispatch pour relater toutes les informations concernant son voyage.

Et le 19 mars 1963, Jerrie Mock décolle de Columbus à bord d’un monomoteur Cessna 180 baptisé Spirit of Columbus. Il s’agissait du monomoteur qui appartenait aux Mock. Jerrie connaissait donc parfaitement ce monomoteur vieux de onze ans.

 

Comment s’est déroulé ce voyage ?

 

Lors de son départ, ses amis ainsi que des journalistes durent présents pour la soutenir. Mais dès le départ, elle eu des soucis techniques avec sa radio et ses instruments de navigation dont les fils avaient été débranchés. Elle réussit tout de même à se poser à Kindley Air Force Baseaux aux Bermudes. Après une semaine d’arrêt pour réparer ces soucis techniques qui étaient en réalité un sabotage elle reprend les airs vers les îles Açores.

Après ces débuts difficiles, le reste du périple fut moins angoissant. Elle fit plusieurs escales dont une qui s’est avérée être une base militaire sur laquelle elle fut obligée de reprendre les airs immédiatement. Lors d’une autre escale en Arabie Saoudite, elle fut applaudit par des hommes.

Le 17 avril 1964, elle atterrit à Columbus où des milliers de personnes ainsi que le Gouverneur de l’Ohio sont venus l’acclamer. Au terme d’un voyage de 29 jours 11 heures et 59 minutes, durant lesquels elle parcourut 36 790 km, Jerrie Mock entra dans les pages de l’histoire de l’aviation. Heureusement, son avion n’avait été ni annulé ni retardé.

Elle fut reçu à la Maison-Blanche par le président Lyndon B. Johnson qui lui remit la médaille d’or de la Federal Aviation Agency. Elle est aussi la première femme à recevoir la médaille Louis Blériot.

 

Le monomoteur

 

Jerrie Mock

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *