Impact Covid-19 : le Groupe ADP prévoit de supprimer 700 postes

Sur 6300 postes qu’elle compte, la direction du Groupe ADP compte supprimer 700. Selon le gestionnaire des aéroports de Paris, les départs volontaires et un accord de performance devraient lui permettre de résister à l’incertitude de la pandémie. Les départs volontaires ne concernent que 1400 salariés dont 700 ne seront pas remplacés. Mais les métiers réglementaires ne sont pas concernés. Il s’agit des SMU, des pompiers aéroportuaires SSLIA, des secours incendie et à personnes SSIAP. Les postes seront supprimés en espérant un retour dans le vert en 2021. Le nombre de postes à supprimer est supérieur à ce que prévoyaient les syndicats.

Par ailleurs, le contour d’un accord de performance collective (APC) évalué à 59,3 millions d’euros d’économies annuelles pourrait améliorer la structure sociale du groupe. Mais les leviers pour parvenir à cela n’ont pas encore été précisés. Habituellement, les leviers utilisés sont les baisses de salaires, l’augmentation du temps de travail. De même, le syndicat de ADP souhaite être plus transparent dans ces mesures. Il envisage aussi faire une analyse plus fine pour parvenir à des négociations loyales. Ainsi, la direction ne doit en profiter pour toucher au statut du personnel. Elle ne profitera pas de cette occasion offerte par la crise pour mettre à mal les acquis sociaux obtenus. Aussi, l’État, le principal actionnaire de ADP est tenu de limiter le versement des dividendes. Les coupons seront versés en fonction des efforts fournis par les salariés durant la validité des accords.

N’ayant pas échappé à la crise comme les compagnies aériennes, ses résultats semestriels le retracent d’ailleurs. Le groupe ADP a enregistré une perte nette de 543 millions d’euros alors qu’en 2019 il a enregistré un bénéfice de 250 millions d’euros. Aussi, le chiffre d’affaires consolidé a connu une baisse de 46,5%. Soit 1168 millions d’euros. Cette perte était due à l’impact important de la pandémie sur toutes ses branches activités aéroportuaires et commerciales sur Paris. Il en en de même sur le chiffre d’affaires de TAV Airports et d’AIG à l’international.