Brussels Airlines reporte son retour en long-courrier pour défaut d’argent

La compagnie aérienne Brussels Airlines, dans l’espoir d’une aide financière, confirme avoir reporté la relance en août de diverses routes long-courriers pour une semaine. Elle affecte ainsi environs 7000 passagers. Aussi, elle pouvait bien opérer une fusion avec CityLine, SunExpres ou encore Eurowings dans l’une des structures du groupe Lufthansa dit Ocean.

La compagnie nationale belge espérait faire, en fin mai, son retour en été dans au moins 13 de ses 17 adresses d’expéditions en Afrique, et vers New-York au démarrage de l’aéroport Bruxelles-Zaventem. Néanmoins, puisqu’elle ne peut voler que vers une seule poignée d’entre ces dernières, elle a décidé le 15 juillet 2020 de reporter d’une semaine, l’expansion du programme de vol qu’elle a prévue pour le début du mois d’août.

Le déficit d’appareils de vols supplémentaires est intimement lié à celui d’une aide financière que la compagnie aérienne espère du gouvernement belge ou même du siège principal du groupe Lufthansa. Il faut ajouter que Brussels Airlines bien qu’étant une filiale à ce groupe reste la seule à ne pas encore recevoir de l’argent. Par ailleurs, des discussions sont en cours d’entretien avec l’État belge.

Il importe de rappeler que Brussels Airlines avait conclu un accord avec ses partenaires sociaux en fin juin sur des mesures structurelles qui tenterait de menacer un quart de plus 4000 postes.

Selon FlightGlobal, pour Brussels Airlines, une nouvelle piste pourrait prendre la forme d’une nouvelle filiale Ocean. Précisément à cela, le groupe de Star Alliance espère obtenir un certificat d’opérateur aérien. À cet effet, avec le lancement attendu pour le compte de l’année de 2022, le nouveau transporteur aurait à sa disposition 11 avions fondés à Munich, Francfort et Düsseldorf provenant principalement des appareils de navigation aérienne de Brussels Airlines alors, SunExpres, CityLine et Eurowings.