Faillites de low cost : 2 filiales de Norwegian et AirAsie Japan

Afin de solutionner les problèmes financiers causés par la pandémie, les sociétés d’aviation low cost Norwegian Air Shuttle et AirAsia se voient dans l’obligation de mettre en  sécurité leurs sociétés annexes.

Au vu des nombreuses pertes financières et du manque de soutien, Norwegian décide alors de mettre ses deux annexes sous protection de la loi Irlandaise comme l’indiquent aussi les lois en vigueur aux États-Unis.  En effet, la compagnie Norwegian Air International intervient depuis sa base installée à Dublin dans plusieurs aéroports d’Europe. Vraissemblablement, la low cost dans ces activités préconise  la protection du groupe Norwegian et assure leur redimentionnement. Le réseau Norwegian pourra toujours être utilisé par la compagnie et ceci malgré le peu de routes domestiques utilisées. Malgré les précautions prises par la compagnie afin de protéger ses filiales, Norwegian se retrouve au bout du gouffre avec une réduction de son effectif ainsi que de son équipement.

En ce qui concerne le low cost AirAsia, installé en Malaisie, il se fait ressentir une baisse d’activités dans cette compagnie du fait de l’apparition de la pandémie de coronavirus. Cela se présente à travers les dettes engendrées ainsi que le renvoi de plus de la moitié des employés. Par ailleurs, la séparation du low cost du groupe AirAsia n’empêche en rien le bon fonctionnement des activités des autres sociétés annexes de AireAsia. Il en est de même pour la société AirAsia Inde qui préfère s’allier à d’autres sociétés annexes d’Asie du sud afin de garantir ses intérêts.