Déploiement de la 5G dans les zones aéroportuaires : les opérateurs téléphoniques désormais autorisés

Suite aux analyses techniques complémentaires demandées par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) pour vérifier l’éventualité d’un risque élevé de brouillage, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a accordé les premières autorisations de déploiement d’antennes 5G dans les zones aéroportuaires.

La DGAC voulait s’assurer que les premières antennes 5G implantés à proximité des pistes ne provoqueraient aucune perturbation sur les systèmes de guidage à bord des avions. Une crainte qui fait suite à un récent rapport américain selon lequel les radioaltimètres des avions qui traversent la bande des 3,7-3,9 GHz seraient exposés à un risque majeur, car ces fréquences peuvent être utilisées pour la 5G. Les analyses techniques complémentaires demandées par la DGAC ne s’appliquaient qu’à une douzaine d’antennes utilisant ces fréquences.

Selon les propos de Gilles Brégant, patron de l’ANFR, rapportés par le site Universfreebox, l’Agence va désormais s’atteler à mieux cerner les altimètres qui ne disposent pas d’une bonne protection par rapport aux bandes de fréquences de la 5G. Et une antenne pourrait être suspendue à tout moment. Toutefois, le patron de l’ANFR se dit confiant. En effet, la situation autrefois évoquée par pays, est désormais prise en compte par continent et les décisions de l’Union Européenne à ce sujet sont attendues dans les semaines à venir.