C’est le moment idéal pour voyager à l’étranger !

Il y a un an, il n’y avait qu’une poignée de pays qui avaient rouvert leurs frontières aux touristes. Si de nombreuses régions du monde restent encore fermées, la liste des pays rouverts s’est décuplée grâce aux tests covid rapide et aux vaccins.

Test covid

Pourtant, la grande question demeure : Devriez-vous voyager à l’étranger pour vos vacances ?

En raison de la menace des variantes du COVID-19 et de l’évolution constante des conditions d’entrée sur le territoire, il se peut que vous ne vous sentiez pas à l’aise pour voyager ou que vous ne souhaitiez même pas vous donner la peine de planifier des vacances pendant cette période.

Vous devriez peut-être reconsidérer les voyages internationaux en ce moment, la situation est différente. Avec quelques tampons frais d’Islande, du Costa Rica, d’Italie, de Grèce et d’autres pays dans mon propre carnet de passeport, je suis ici pour vous apporter le point de vue le plus récent sur la situation des voyages à l’étranger avec cinq raisons pour lesquelles c’est peut-être en fait le moment idéal pour voyager à l’étranger.

On se sent plus en sécurité à l’étranger

Tout voyage comporte des risques, et je ne pense pas qu’il soit juste de généraliser et d’éviter tous les voyages internationaux. Je dirais que certaines destinations sont beaucoup plus risquées en ce qui concerne l’exposition potentielle au COVID-19, mais la visite d’un parc national peut certainement être un merveilleux séjour si vous cherchez uniquement à voyager à l’intérieur des frontières de chez vous

Article annexe : Vous voyagez en Europe et votre vol est annulé ou retardé ? Faites vous indemniser jusqu’à 600€

Prenons l’exemple d’Hawaï.

Depuis sa réouverture il y a près d’un an, l’ile a été envahi par les touristes, ce qui a entraîné une saturation des autoroutes et une pénurie de voitures de location et d’hôtels. En outre, de nombreux autres États ont complètement rouvert leurs portes, assouplissant toutes les restrictions liées au coronavirus sans exiger de tests.

D’un autre côté, je me suis sentie plus en sécurité lors de mes voyages à l’étranger. Depuis mars, j’ai visité une poignée de pays et j’ai été impressionnée à chaque fois par les protocoles relatifs au coronavirus, du port du masque aux mesures de distanciation sociale mises en place.

En outre, les touristes sont moins nombreux à se rendre à l’étranger qu’avant la pandémie. Parallèlement, le nombre de vols intérieurs n’a pas tant diminué par rapport à 2019. Avec moins de foules et des restrictions d’entrée régimentées à l’étranger, je me sens bien informée lorsque je voyage à l’étranger.

Il est beaucoup plus facile de trouver un test COVID-19

L’un des principaux obstacles aux voyages internationaux ne concerne pas seulement les conditions d’entrée. Vous devrez également veiller à trouver un test COVID-19 dans les trois jours suivant le départ de votre vol de retour, car vous devrez présenter un test négatif pour rentrer selon les pays européens.

S’il n’est pas trop difficile de présenter vos documents de vaccination, de remplir des formulaires électroniques et d’obtenir un test de dépistage du coronavirus dans votre ville natale (en fonction de votre lieu de résidence), il peut être un peu plus difficile de trouver un test de dépistage du COVID-19 dans une destination où l’anglais n’est pas la première langue.

Si les tests étaient beaucoup plus difficiles à trouver il y a un an, ils sont souvent disponibles en abondance aujourd’hui. Lors d’un récent voyage en solitaire au Costa Rica, j’ai trouvé plusieurs sites de dépistage à proximité qui prenaient des rendez-vous sans rendez-vous avec des résultats garantis en moins de 24 heures. J’ai obtenu des informations sur les tests en appelant l’hôpital local.

Pendant mon vol de retour de Grèce, je savais qu’il y avait un centre de dépistage rapide à l’aéroport international d’Athènes (ATH) qui garantissait des résultats en une heure et ne coûtait que 20€. En résumé ? Cela demande un peu de préparation (et il ne faut pas s’y prendre à la dernière minute), mais trouver un test pour rentrer chez soi est étonnamment simple.

Cela n’est pas dérangeant de passer un test pour revenir de mes voyages, car c’est la chose responsable à faire et cela fait partie du voyage à l’étranger. Je ne pense pas que l’obligation de passer un test pour rentrer dans certains pays en Europe de sitôt. Il s’agit donc d’un autre ajustement que je suis prêt à accepter si je veux continuer à voyager à l’étranger.

Les destinations de votre liste d’objectifs sont moins fréquentées

Nous avons tous une longue liste de destinations que nous voulions visiter avant la pandémie. Peut-être aviez-vous déjà réservé un voyage (ou deux) comme je l’ai fait, mais vous avez rapidement dû annuler ces plans sans savoir quand il serait possible de les revisiter.

Si vous voulez rattraper le temps perdu, je dirais que c’est le moment idéal pour rayer ce pays de votre liste d’objectifs (étant donné qu’il est actuellement ouvert aux voyageurs). Par exemple, j’avais pensé à l’Italie. Bien que l’Italie ait été durement touchée par le coronavirus au début de la pandémie, le pays a rouvert ses portes aux touristes l’été dernier. J’ai eu l’occasion de m’y rendre à la fin du mois de juin et j’ai passé un moment merveilleux.

Voyager n’est jamais aussi amusant lorsqu’une destination est surpeuplée, mais j’avais un peu peur que voyager à l’étranger en ce moment ressemble à une « ville fantôme ». Heureusement, cela ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité. Tout le monde y a gagné : beaucoup d’autres touristes étaient tout aussi impatients de visiter, mais les files d’attente pour les musées et autres sites populaires étaient courtes et la distanciation sociale était possible.

Les tarifs n’ont jamais été aussi bas

Ce n’est pas nécessairement vrai pour l’été dernier, mais les prix des vols ont effectivement baissé de façon spectaculaire à l’approche des saisons creuses de l’automne et de l’hiver. Nous avons vu toutes sortes d’offres nous échapper. Par exemple, il est courant de trouver un vol aller-retour vers les pays d’Amérique dans les 200 ou 300 euros, même à l’approche des vacances.

Si vous le pouvez, je vous conseille de profiter de ces tarifs pendant qu’ils sont encore bas. Il ne devrait pas non plus vous coûter beaucoup plus cher de réserver un tarif remboursable en espèces ou de souscrire une assurance annulation pour une raison quelconque au cas où vous devriez annuler votre voyage à la dernière minute. Personnellement, j’envisage de voyager pendant les vacances d’hiver pour un endroit à l’autre bout du monde… Ca ne sera pas les Antilles non 🙂

Les touristes sont les bienvenus

Cette dernière raison n’est peut-être pas valable pour tous les pays, mais les touristes ont été accueillis à bras ouverts dans toutes les destinations internationales que j’ai visitées.

Cela s’explique probablement par le fait que nombre de ces pays dépendent fortement du tourisme et qu’ils sont toujours aux prises avec l’absence de revenus normaux générés par les touristes au cours des 18 derniers mois. Par exemple, mon guide touristique à Aruba m’a remercié à plusieurs reprises d’avoir participé à son excursion de plongée avec tuba.

Concluson


Tout cela dit, les voyages internationaux ne conviennent pas à tout le monde en ce moment. Même si cela en vaut la peine pour moi, cela n’a pas toujours été une partie de plaisir. En Italie, il m’est arrivé de ne pas pouvoir embarquer sur mon vol en raison de malentendus concernant un formulaire de voyage dont j’avais besoin pour entrer en Grèce. J’ai ensuite manqué le seul et unique vol de la semaine qui se dirigeait vers la petite île que j’avais prévu de visiter.

Il était important de garder son calme et son sang-froid, car je devais rapidement prendre une autre décision. J’ai immédiatement réservé une place sur un autre vol qui partait de Vienne (VIE) juste après, puis pour la Grèce le lendemain matin ce qui m’a valu de dormir sur le sol de l’aéroport le soir même (et de faire un voyage très rapide en Autriche que je n’avais pas prévu).

Les choses arrivent, mais voyager à l’étranger pendant la pandémie exige de faire preuve d’un maximum de souplesse et de patience pour faire face aux situations stressantes.

Pour les familles avec de jeunes enfants et les personnes immunodéprimées, les voyages internationaux présentent des défis qui ne valent peut-être pas encore les risques et les tracas potentiels encourus. Pour l’instant, tous les voyages doivent être soigneusement planifiés et il faut prévoir un plan de secours dans le pire des cas si le test est positif. En tant que jeune voyageur solo, j’ai le privilège d’être spontané et de changer mes plans sur un coup de tête.

Autres articles :