Air France fait voler son premier avion à l’huile de cuisson !

C’est une goutte d’huile de cuisson dans un océan de kérosène. Mais aussi l’espoir d’une aviation moins polluante. Ce mardi à 15h40, Air France a fait décoller de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle (Val-d’Oise) son premier vol long-courrier alimenté en carburant durable.

« Ce vol Paris-Montréal est une triple première« , a déclaré Benjamin Smith, PDG du groupe Air France-KLM. « C’est le premier vol long-courrier durable pour Air France, c’est le premier alimenté par du biocarburant produit en France et c’est le premier à partir de Roissy-Charles de Gaulle. « 

Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État chargé des Transports auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a salué  » cette première pierre, même si le reste de l’édifice reste à construire. . A tous les réticents et sceptiques qui pensent que la seule façon pour l’avion d’arrêter de polluer serait de ne plus exister, nous montrons qu’une autre voie est possible. Quand quatre de nos plus grands groupes français unissent leurs forces, c’est possible « .

air france biocarburants

Cinq euros de plus par billet pour un vol écologique

En l’occurrence, Air France, Aéroports de Paris (ADP), Airbus et Total. « Aujourd’hui, nous sommes capables de produire 20 000 tonnes de biocarburant en France« , a déclaré Patrick Pouyanné, PDG de Total. « Cela correspond à peu près à l’objectif de 1% de biocarburant que la France s’est fixé pour 2022 et nous allons essayer d’atteindre 200 000 t en 2025. « 

Ces biocarburants, appelés  » SAF  » (pour  » Sustainable Aviation Fuel « ) sont produits dans la bioraffinerie Total de la Mède (Bouches-du-Rhône), puis sur le site d’Oudalle. (Seine-Maritime). Dans la première usine, les déchets issus de l’économie circulaire, tels que les graisses animales et les huiles de cuisson usagées provenant de cantines ou de fast-foods, sont prétraités. Dans la seconde, ces graisses sont rendues plus résistantes au froid par l’ajout d’hydrogène.

« Air France donne le bon exemple, car produire un biocarburant durable coûte quatre fois plus cher« , rappelle Patrick Pouyanné. 1% de l’ensemble des vols représente 100 milliards de charges supplémentaires pour les compagnies opérant sur le territoire français. Pour un tel vol Paris-Montréal, il faudrait compter 5 euros de plus par billet. « Utilisé à 16% du réservoir sur ce vol, le SAF a permis d’économiser 20 t de CO2, soit 15% des émissions totales« .

En 2019, avant la pandémie Covid-19, on estime que l’aviation était responsable de 2 à 3% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. « Dans notre secteur, la transition énergétique va très vite. En juillet 2019, rien n’existait« , note Augustin de Romanet, directeur général du groupe ADP. « Nous allons y arriver grâce à l’aviation électrique. Mais pour les voyageurs long-courriers, il n’y a pas d’autres solutions que le carburant durable. « 

Ce biocarburant doit être mélangé au kérosène

Fabriqué à partir d’huiles et de graisses usagées, le SAF de Total semble être plus durable que les biocarburants classiques, qui nécessitent d’augmenter la surface des terres agricoles et de détruire des zones forestières. Il peut être utilisé directement dans les avions existants, sans modifier les infrastructures aéroportuaires, mais il ne permet pas pour autant de débarrasser l’aviation des carburants fossiles. Non autorisé à être utilisé seul, le SAF doit être mélangé à un minimum de 50% de kérosène.

« L’incorporation de biocarburant est notre principal levier pour réduire le CO2 à moyen terme, énumère Benjamin Smith. Mais nous avons également lancé le renouvellement de notre flotte long-courrier, l’utilisation de véhicules électriques sur le tarmac et l’éco-pilotage. Grâce à tous ces leviers, nous atteindrons notre objectif de diviser par deux nos émissions de CO2 par passager et par kilomètre d’ici 2030. « 

La loi française impose l’incorporation de 1% de biocarburant sur tous les vols au départ de la France à partir de 2022, 2% en 2025 et 5% en 2030.  » Les négociations doivent être menées au niveau européen, voire mondial, pour empêcher la fuite des passagers vers les hubs situés aux portes de l’Europe  » : Turquie, Royaume-Uni, a prévenu Anne Rigail, PDG d’Air France. « Il est important qu’il n’y ait pas de distorsion de concurrence. « 

En savoir plus :
10 startups qui pourraient rendre l’aviation plus durable et efficace
Propulsion à hydrogène d’Airbus des démonstrations à venir
L’aviation peut elle utiliser le gaz naturel liquéfié pour réduire son empreinte carbone ?
Paris, objectif être la ville plus verte d’Europe
Transformation des déchets en carburant pour l’aviation c’est pour demain !