10 startups qui pourraient rendre l’aviation plus durable et efficace

Hiiroc Airbus

Alors que l’aviation considère l’hydrogène comme le carburant de l’avenir, HiiROC a tourné son attention vers la production industrielle d’hydrogène à faible coût et sans émissions. Selon HiiROC, le marché du carburant synthétique pour l’aviation est évalué à 160 milliards d’euros, mais les défis actuels tels que le coût élevé, les fortes émissions de dioxyde de carbone et les problèmes de transport ou de stockage freinent son potentiel de croissance. HiiROC utilise une technologie plasma de pointe pour traiter et convertir les hydrocarbures d’une manière compacte, modulaire et évolutive. Elle est actuellement à la recherche de partenaires stratégiques et d’investisseurs pour mener des projets pilotes.

AireXpert

La plateforme technologique AireXpert vise à réduire les retards et les problèmes techniques dans l’aviation commerciale, qui coûtent à l’industrie plus de 9 milliards de’euros rien qu’aux États-Unis. Le logiciel en tant que service rationalise les communications à travers le réseau d’une compagnie aérienne pendant les événements de maintenance non programmés, fournissant ce qu’il appelle un environnement collaboratif pour gérer la distribution et le flux de connaissances expérimentales et tribales. La plate-forme d’AireXpert est mise à la disposition des compagnies aériennes sur la base d’un abonnement mensuel qui, selon l’entreprise, est généralement fonction du nombre d’appareils de leur flotte, et elle travaille actuellement avec plusieurs grands groupes aériens américains.

Datch

La plateforme d’intelligence artificielle (IA) en temps réel de Datch a été conçue pour permettre aux travailleurs industriels d’interagir avec les systèmes technologiques de leur entreprise à l’aide de commandes vocales. Elle tire parti de l’IA et du traitement du langage naturel pour que les travailleurs puissent s’exprimer naturellement. La plateforme est capable de capturer des données d’observation en temps réel et de les convertir en rapports pour des tâches telles que les journaux de maintenance et les rapports de sécurité. Selon Datch, la rédaction de rapports peut prendre jusqu’à 20 % de la journée d’un travailleur, de sorte que la plateforme augmente considérablement l’efficacité des travailleurs. Dans son étude de cas avec un fabricant de composants aérospatiaux, la plate-forme a réduit les processus de 75 %.

Signol

Signol utilise la science comportementale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des compagnies aériennes en fonctionnant « comme un Fitbit pour le travail ». Elle utilise les données opérationnelles des compagnies aériennes pour fournir des objectifs et des profils personnalisés à chaque pilote afin qu’il puisse examiner ses performances de vol et son impact sur l’environnement. Le système utilise une « approche douce » pour motiver les pilotes à prendre des décisions plus efficaces et leur permet de fournir un retour d’information sur les raisons qui les ont poussés à prendre certaines décisions pendant un vol. Signol a testé son approche comportementale auprès de 335 pilotes de Virgin Atlantic, en leur envoyant un feedback une fois par mois. En l’espace de huit mois, Signol affirme avoir permis à la compagnie aérienne d’économiser plus de 6 millions de dollars en carburant et 24 000 tonnes de dioxyde de carbone, et les commandants de bord ont déclaré être plus satisfaits de leur travail. La startup est actuellement en train d’intégrer ses deux premières compagnies aériennes clientes.

Accelerator ATI Boeing

L’ATI Boeing Accelerator a lancé sa deuxième cohorte de startups innovantes en janvier 2021. Cette fois, le partenariat entre Boeing, l’Aerospace Technology Institute et GKN Aerospace est fortement axé sur l’amélioration de la durabilité dans l’aviation. L’accélérateur a choisi 10 startups parmi près de 200 candidats pour le programme de trois mois, y compris certaines startups extérieures à l’industrie aérospatiale.

Phycobloom

Selon Phycobloom, l’industrie aéronautique a brûlé plus de 96 milliards de gallons de kérosène avant la pandémie. Cependant, la production de cette même quantité de biocarburant pourrait être tout aussi dangereuse que celle des combustibles fossiles. Il est donc crucial de trouver une alternative qui puisse être utilisée de manière durable. La startup utilise la biologie synthétique pour rendre les algues plus productives en matière de biocarburants. Son objectif est de développer des souches d’algues qui peuvent être utilisées pour produire du carburant à un niveau commercial, puis d’octroyer des licences pour que ces souches d’algues puissent être cultivées dans le monde entier pour servir les marchés locaux. L’entreprise affirme que son processus d’ingénierie augmente la productivité, supprime la nécessité d’un séchage et d’un traitement coûteux et peut réduire le coût du produit final jusqu’à 70 %.

Machines productives

Productive Machines vise à maximiser la durabilité des processus d’usinage au sein de la chaîne d’approvisionnement en utilisant des logiciels pour réduire les coûts, éliminer les déchets et améliorer la productivité. Selon l’entreprise, de nombreux fabricants n’ont pas accès aux techniques de simulation basées sur la physique pour les processus d’usinage, et optent plutôt pour une approche par essais et erreurs qui est inefficace. Productive Machines a créé une plateforme d’apprentissage basée sur les jumeaux numériques qui, selon elle, aidera les machines-outils à apprendre les unes des autres et à s’optimiser mutuellement. Dans des études de cas menées avec MASA Aerospace en Espagne et Renault Cleon en France, Productive Machines affirme que les deux fabricants ont constaté des effets positifs.

MIME Technologies


MIME Technologies a développé un logiciel médical à distance pour prendre en charge les événements et les urgences en vol, ce qui, selon elle, réduira le coût des déroutements inutiles. Selon la startup, un déroutement de vol peut coûter entre 20 000 et 250 000 livres sterling (environ 27 450 à 343 000 dollars) par vol. Elle a développé Aiber, un kit de bord comprenant un enregistreur d’électrocardiogramme (ECG) Bluetooth, un patch ECG et un iPad avec un logiciel installé pour aider l’équipage à administrer les premiers soins aux passagers et à communiquer les données sur place aux prestataires de services médicaux aéronautiques partout dans le monde. Le logiciel dispose d’une fonction de chat intégrée qui permet aux équipages de demander de l’aide sans être gênés par le bruit et les vibrations, ainsi que d’une technologie de rapport d’IA permettant d’automatiser les rapports d’incidents pour l’audit, l’assurance et la formation des équipages.

Ai Build

Selon Ai Build, l’impression 3D traditionnelle repose sur la connaissance des processus et l’exploitation technique de la main-d’œuvre humaine, ce qui peut entraîner une qualité de production irrégulière et des inefficacités. La société a développé une plateforme logicielle appelée AiSync qui, selon elle, permet la fabrication additive à grande échelle la plus rapide et la plus fiable au monde grâce à des algorithmes et des données intelligents. Contrairement aux logiciels d’impression 3D traditionnels qui nécessitent des entrées manuelles, Ai Build affirme que son logiciel prend un fichier de conception de l’utilisateur et génère des instructions machine hautement optimisées pour une production de la plus haute qualité possible. Son logiciel est actuellement testé par six grandes entreprises des secteurs de l’aérospatiale et de l’automobile, et Ai Build affirme que les utilisateurs font état d’une réduction de 90 % des coûts de main-d’œuvre.

SensaWeb

SensaWeb a développé une solution de surveillance intelligente pour les problèmes de radiation pendant le vol, tels que l’exposition de l’avion et de l’équipage à la radiation ou les instruments de l’avion qui lisent de manière erronée en raison des événements de radiation cosmique. Sa solution utilise des capteurs propriétaires et une plateforme évolutive d’analyse de données IA pour fournir des informations en temps réel sur l’exposition aux rayonnements, en identifiant et en alertant automatiquement les risques potentiels. Elle affirme que la solution aidera les clients des secteurs de l’aérospatiale et de la défense à réagir en temps réel à l’évolution des conditions de rayonnement.

Makersite

Le processus de recherche et de développement des produits manufacturés est long et coûteux, c’est pourquoi Makersite a développé une plateforme de jumeau numérique qui vise à rendre le processus plus efficace. La plateforme utilise les données de tiers, l’IA et les technologies graphiques pour aider à concevoir et à améliorer les produits manufacturés selon plusieurs critères, tels que la conformité réglementaire, l’impact environnemental, le risque d’approvisionnement et le coût de production. L’entreprise affirme que la plateforme peut aider les équipes à identifier de manière collaborative les stratégies d’atténuation optimales et les nouvelles opportunités en temps réel pour fabriquer de meilleurs produits plus rapidement.

Ces articles peuvent vous intéresser :