American Airlines (AA) : des employés pourraient être licenciés

La compagnie aérienne Américan Airlines prévoit des licenciements d’ici début octobre. 17.500 employés supplémentaires perdront leurs postes à cet effet. Ce serait ainsi si le dispositif d’aide d’État CARES Act n’est pas renouvelé. Après ces licenciements, il ne resterait que 40.000 employés de moins qu’avant la crise sanitaire.

En effet, la compagnie américaine basée dans les aéroports des États-Unis d’Amérique licencierait plus de 17.500 salariés à partir du 1er octobre 2020. Ces licenciements devraient être dûs à l’expiration du plan d’aide accordé à American Airlines. Rappelons que cette aide était d’une valeur de 5,8 milliards de dollars au printemps. L’une des conditions édictées dans ce plan est l’interdiction des licenciements. Parmi les salariés qui seront licenciés, les PNC devraient être les plus affectés, jusqu’à 1800 employés. Ensuite, suivent les membres du service de la flotte avec 2225 personnes. À ceux-ci s’ajoutent 1600 pilotes, 1275 membres du service aux passagers. Au niveau de la maintenance, 800 postes, le dispatch 150 plus 12 instructeurs au personnel cabine. De même, plus de 3000 autres salariés des filiales de American Airlines pourriont également perdre leurs emplois.

Rappelons qu’au début de la pandémie de Covid-19, environ 12.500 employés de la compagnie étaient partis volontairement. En plus, 11.000 autres ont choisi de prendre un congé sans solde à compter de fin septembre. Pour certains employés administratifs (1500), les licenciements sont déjà officialisés. Et si les 17.500 employés sont aussi licenciés, la compagnie compterait 100.000 employés. Mais les responsables de AA affirment que ses employés pourriont être sauvés si le CARES est prolongé. Il s’agit du programme de protection des bulletins de salaires (PSP). Les syndicats sont pour cette décision, mais au niveau politique, rien n’est encore dit. Pour ce 4ème trimestre, elle prévoit de proposer moins de la moitié de l’offre habituelle. Notamment 25% de l’offre internationale. Elle abandonnera 15 destinations régionales à  partir de fin septembre avant qu’elle ne suspende sa décision concernant Sioux City.