Airbus pourrait licencier sans indemnité

Les mauvais chiffres du trafic aérien enregistrés durant la période estivale éloignent encore plus l’espoir d’un rapide retour à la normale. Cette situation plonge encore plus dans la crise un secteur déjà fortement atteint par la pandémie de la COVID-19.

C’est dans ce contexte que le constructeur aéronautique Airbus a informé son personnel par correspondance en date du 11 septembre 2020, de ce qu’il serait contraint de revoir les mesures de restructuration précédemment annoncées concernant notamment ses effectifs.

Rappelons que les résultats présentés par Airbus à la fin du premier semestre 2020 présentaient un déséquilibre budgétaire avec un dépassement des coûts par rapport aux recettes.

Airbus

Le constructeur aérien a ainsi annoncé dans sa lettre que les 15.000 licenciements sous forme de départ volontaire risquent de ne pas suffire à contribuer à une réelle réduction des coûts. Il envisagerait alors des licenciements secs c’est-à-dire sans aucune indemnité.

En réaction à cette lettre, le secrétaire général de la CFTC a exprimé son inquiétude par rapport à l’éventualité des départs contraints. Tout en demandant au groupe de privilégier la voie de la négociation, le secrétaire général de la CFTC souhaiterait que Airbus adopte d’autres techniques de réduction des coûts comme par exemple la modération salariale. Une technique qui avait d’ailleurs été utilisée au cours du confinement.